Insertion dans mon monde

Ma maison, de l’auto-sabotage ?

Bonjour éveillé et plein d’entrain à toi Smile

Aujourd’hui j’ai eu l’envie d’aborder avec toi quelque chose qui me tient à cœur et à laquelle j’apporte beaucoup d’importance : la maison. Soit l’environnement dans lequel ton esprit s’éveille chaque matin.

N’as-tu jamais songé ou été persuadé que tu passais ton temps à ranger et nettoyer en vain ta maison ? Et une fois la tâche accomplie, le lendemain, voire même parfois 3 heures plus tard, c’est déjà la déchetterie !

“En même temps j’ai 3 enfants”

“En même temps moi j’ai 2 chiens et 1 chat!”

“Oui bien moi en même temps j’ai un mari qui fait rien!”

Et si je te disais qu’il n’y a pas vraiment de corrélation entre tes facteurs familiaux et le temps que tu consacres à ta maison ? Et si je te disais que le seul responsable, c’était toi ?

Il est important d’accepter ceci : ton acharnement inutile, car répété, à ranger et nettoyer ta maison est de l’auto-sabotage.

Vous serez sûrement nombreux à penser : “Pas du tout, j’aime juste quand c’est propre et rangé. Je ne supporte pas vivre dans le désordre!”.  Si par définition tu aimes quand c’est propre et rangé, n’es-tu pas censé ne pas avoir à faire cela continuellement ? puisque tu y fais attention ? Certainement. Mais le problème ne vient pas de tes gestes précisément, mais de tes rituels ménagers.

A quoi cela sert-il de déplacer le désordre d’un endroit à un autre ? Car c’est cela à quoi tu t’attaches chaque jour. Tu le retire du sol ou de la table, pour le mettre dans le placard. Et cela éternellement.

Ne t’es-tu jamais demandé si le problème venait non pas du rangement de ces objets, mais de leurs présence même dans ta maison ?

Que fais-tu durant toutes ces heures perdues à ranger et astiquer ? Te sens-tu vraiment acteur de ta vie dans ces moments là, ou esclaves de 4 murs en bétons ?

Admettons :  que ferais-tu aujourd’hui si tu laissais ta maison dans un tel état ? Oui, prends sur toi, et réfléchis.

2 réponses possibles…

Dis donc tu en ferais des choses! Pourquoi ne l’as jamais tu fais jusque là ? A cause de toutes ces tâches ménagères…Ta réponse est-elle vraiment justifiée ? 

Et toi ? Tu ne sais pas ce que tu ferais… En même temps tu n’as pas vraiment le temps d’y penser! Cela confirme d’autant plus ce que je disais plus haut: tu es arrivé à un tel point d’auto-sabotage, que tu n’as jamais pris le temps de t’écouter et de ressentir les activités qui te feraient du bien.

Mais comment ne plus perdre tout ce temps, et entreprendre des activités qui me font du bien ?

Commençons par le commencement….

Minismalisme

Le minimalisme, ou l’art de se contenter des choses utiles et nécessaires à nos besoins primordiaux : manger, dormir, et notre confort.

Si tu penses que tout ce que tu possèdes dans ta maison t’est vraiment nécessaire , c’est que tu te voiles la face. Te sers-tu de tout, absolument tout ? Tout objet ayant pour appellation “ça peut servir un jour”, ne sert JAMAIS et donc prend du temps et de l’espace.

Tout bibelot de décoration qui ne procure aucune joie lorsque tu le regardes ou lorsque tu y penses, prends du temps et de l’espace. A quoi servent-ils? A accumuler la poussière et ne te font aucun bien.

Et tout ces objets sentimentaux ? “je ne m’en sert plus”, “ils ne me vont plus”, “ils sont abîmés”, “…mais j’y tiens trop” sont à regrouper tous ensemble, toutes catégories confondues et à trier. Je  partage plus loin la méthode que j’emploie pour me débarrasser et ne pas accumuler.

N’as-tu jamais rêver d’une maison où tu te sens bien ? Serein ? Léger ? Au corps et à l’esprit libre de toutes contraintes extérieures? Alors avance avec moi…

Si les maisons dans les magasines ou les maisons témoins sont typiquement le genre d’endroit où tu te sens bien, léger, paisible et voire inspiré, ça n’est pas pour rien. Elles ne contiennent aucunes futilités, aucun objets vampires d’énergie et de temps. Simplement le nécessaire qu’il te faut à vivre et à être confortable.

Pour cela, il sera évident, selon le nombre d’objet que tu cumules dans ta maison, à faire un travail sur la notion de nécessité, utilité et sur la notion d’achat du bonheur que notre société capitaliste martèle dans nos inconscients depuis notre naissance. Je te propose de lire, si ça n’est pas déjà le cas, mon article “pourquoi n’es-tu pas vraiment heureux”.

 

      1.De la joie dans mes placards :

 

joie dans placard

 

Se sentir bien chez soi… Vaste projet ? Pas tant que ça !

Le bien-être, c’est le sentiment d’être pleinement acteur de sa vie. Pour cela, il suffit de supprimer les activités vampires d’énergies, notamment celles dans cette fichue maison !!!

Maintes et maintes méthodes ont été utilisées, aucunes ne se sont révélées efficaces dans le temps. Lesquelles ? 1 achat = un retrait de placard ou encore 1 vêtement pas porté depuis 3 semaines = poubelle ou donné etc…

Une seule méthode s’est révélée efficace dans le temps,  au niveau mondial: la méthode de la joie!

Le principe est de garder chez soi uniquement ce qui nous procure de la joie. Tu t’apercevras alors qu’il n’y en a pas tant que ça…

Mais ça n’est pas chose facile lorsqu’on est débutant dans le domaine : Voici quelques astuces :

 

  • Trier les objets par catégories et non par pièces.

 

  • Poser tous les objets d’une même catégorie par terre.

Se mettre à leur niveau et les tenir un par un dans les mains en se demandant “me procure t’il de la joie ?”. Pour certains se sera évident. Pour d’autres, à partir du moment où tu te poseras la question, c’est que ça n’est pas le cas.

Ridicule ? Crois-moi ça ne l’est pas. Le bien-être passe par par deux branches : l’expérience, soit la mise en action (et épurer sa maison fait vraiment du bien!) et l’état mental, soit, quoi de mieux que de créer un environnement favorable au bien-être pour pouvoir changer son attitude ?

Attention à ne pas confondre ceci : Il est trop beau mais bon de là à dire qu’il me procure de la joie – à – Il est beau et j’adore le porter/ le regarder => Les deux objets plaisent mais un seul te procure de la joie (joie de le porter, joie par rapport aux souvenirs qu’il évoque…) .

 

  • Commencer par les catégories les plus simples et les moins sentimentales : Habits, vaisselles, décoration, papèterie, livres, maquillage etc…

 

  • Terminer, une fois aguerri, par les objets sentimentaux : cela peut être les bijoux, les lettres, les photos… à chacun sa catégorie qui lui tient à cœur.  S’ils te procurent de la joie, même si tu ne les utilises pas, garde-les. Mais ne te mens pas à toi-même et ne prends pas ce prétexte pour tout. Si ta peluche d’enfance te procure de la joie en la voyant, garde-la et mets-la dans un endroit où tu seras susceptible de la voir régulièrement ( placard à habits, tiroir de maquillage…).

Le but est de te sentir bien avec TOUT ce qui t’entoure chez toi.

 

  • Enchaîner tout d’un trait. Lève-toi tôt et consacre ta journée à ça. Voire 2 à 3 jours consécutifs.  Si tu éparpilles ces tâches, elles n’auront aucun impacts sur toi. Et tu perdras ton aptitude à détecter rapidement ce qui te met en joie ou non.

 

  • Ne pas s’occuper des objets qui ne t’appartiennent pas.

Pour tes enfants, il est possible de leur expliquer que leurs jouets ou habits seront donnés à des enfants qui n’en n’ont pas. Ils se feront un plaisir de trier leurs affaires, tout en utilisant la même méthode de la joie bien-sûr! Et pour les conjoints/conjointes/ colocataires, ne surtout pas les forcer. Cela entraînera l’effet inverse : tu risques de toucher leurs égos, et de les braquer. De mon expérience, et pas seulement, une fois que la machine sera en route, l’envie de trier et de se sentir léger picotera et enviera l’esprit de l’autre. Il est important de laisser faire le temps et l’action.

 

2. De l’écologie dans mes placards :

 

ecologie dans placards

 

Que faire de tout ces objets dont tu veux te débarrasser ? Donne-les pour certains (habits, livres..) jette-les pour d’autres.

“Quoi??? Mais c’est pas très écologique ça !”

Si. Je vais t’expliquer pourquoi, de part mon expérience.

Sur le moment (et en fonction de la taille de ta maison) tu vas jeter des tas (oui, des tas ! ) de sacs poubelles. Pour ma part, j’ai réussi à en donner le cinquième seulement, et le reste est partie à la poubelle. Lorsque je suis allée tout jeter, je me suis rendue compte de l’impact que j’avais eu sur mon environnement. Tout ces plastiques, métaux, papiers… pour rien (Et tout cet argent aussi!). C’est uniquement en jetant tout d’un coup que je me suis rendue compte et que j’ai pris la décision de ne plus acheter inutilement. Sur le restant de ma vie, il est là l’impact écologique. Sur tout ce que je n’achèterai plus, n’entasserai plus, et sur tout ce que j’ai éveillé dans mon entourage (enfants, amis, conjoints).

Oui, faire du tri et jeter est écologique. Cela nous fait entrer dans un mode de vie différent, réfléchie, et utilitaire.

3. De l’art de vivre et de gérer son temps :

 

art de vivre

Est-ce un changement radical de vie ? OUI !

Le temps que je passais à ranger, dépoussiérer et nettoyer s’est réduit de 60 % ! Quoi ranger lorsqu’il ne reste que des objets dont on aime prendre soin et donc qu’on ne laisse quasi plus traîner ? Quoi dépoussiérer quand il ne reste que des meubles et 3 décorations à dépoussiérer ?

J’ai 60 % de temps en plus pour moi ! 60% de temps où je décide quoi faire, du temps qui me procure du bien, du temps où je suis actrice de ma vie. Du temps où j’ai ce sentiment de contrôle, d’autonomie et d’accomplissement. Du temps pour du bien-être.

 

N.B : Ça peut t’intéresser…

Voici les personnes qui ont inspiré mon mode de vie :

Marie Kondo  avec son livre “La magie du rangement”, et Matt D’Avella avec son reportage “Minimaslism “.


N’hésite pas à laisser un commentaire ou à me poser des questions Smile

A très bientôt, Élodie.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    8
    Partages
  • 8
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *