Insertion dans mon monde

le bonheur : un état d’esprit !

Bonjour à toi Smile

Dans cet article, je te parlerai de 4 positionnements à avoir si tu aspires au bonheur. Ces positionnements te feront comprendre que le bonheur ne requiert ni méthodes, ni façon de penser, mais seulement une réorientation de ton attitude face à l’existence.

Car oui, le bonheur est bel et bien une attitude ! Il est un état d’esprit qui nécessite aucun attachement, ni rejet, et qui est sans notions existantes de bien ou de mal : le bonheur est la liberté, la vraie ! En effet, cette dernière n’est pas dans l’acceptation irréfléchie de méthodes ou préceptes philosophiques, elle n’est pas non plus dans le rejet de ce qui nous ne plaît pas à première vue, la liberté, c’est comprendre !

Le bonheur est un positionnement dans lequel il est fondamental d’être approprié aux démarches qui nous permettent de nous sentir plus heureux. Pour cela, il est nécessaire d’expérimenter, d’essayer, et de voir. Voir pour réaliser ce qui est réellement source de bonheur ou non.

 

La réaction émotionnelle prend sa source dans la perception que nous avons de la situation, elle est donc propre à chacun. B. Lallement

 

1. Accepter ses réactions:

Le bonheur ne peut exister si nous n’adoptons pas ce positionnement précis sur notre existence : l’acceptation. Fuir ou lutter contre nos réactions ne les rendra pas moins importantes, et ne les éliminera pas non plus.

L’intensité de nos réactions détermine en quelque sorte la profondeur de la blessure que nous tentons vainement de nous cacher à nous-mêmes. Jung

Là est alors la première clef du bonheur que nous sommes, qui déverrouille l’une des multiples serrures que nous nous sommes imposées. Accepter, en reconnaissant nos réactions, et les souffrances, et peurs qu’elles révèlent. Accepter, pour se donner la chance de s’en libérer.  Comment efficacement se libérer de quelque chose ? En connaissant ce qui la génère. C’est la même chose pour nous.

Ne te mens pas à toi même en fuyant des pensées négatives, par une auto-conviction de pensées positives qui finalement ne seront que bombes à retardement. Accepte tes pensées et tes réactions, vis-les,  observe-les, sois impartial, et tu pourras t’en libérer.

 

2. Accepter sa mort :

Accepte aussi ta mort. Un peu glauque ? Pas du tout ! Light bulb Le Dalaï-lama disait :

Ne soyez pas inquiet par votre mort, vous mourrez avec succès.

Accepter et réaliser notre mortalité, permet d’être présent et attentif à l’instant présent. En effet, cela permet de se focaliser sur ce qui est réellement essentiel dans sa vie : le maintenant.  Ce dernier révèle le sens profond de notre existence et révèle notre potentiel. Alors accepte ta mort, ne crée pas une peur ou une tentative d’évasion constante qui ne changera pas cette certitude, mais réalise cette inévitabilité et œuvre à vivre l’instant présent ! Lui seul est précieux. Lui seul est le bonheur. Sun

Toutes nos peurs ne sont qu’un écho de cette peur fondamentale de la mort. Bhagwan Shree Rajneesh

 

3. Accepter les évènements :

Par cela, je n’entends pas se mentir à soi-même et faire semblant que tout nous plaise. Il ne s’agit pas non plus d’être fataliste. Il s’agit de réaliser que notre perception de la réalité est faussée, et qu’il n’y a donc ni bien, ni mal par rapport à ce qui nous arrive ,mais seulement un enchevêtrement de causes qui engendrent une conséquence précise. Il s’agit là de lâcher-prise, pour comprendre la nature des évènements, et donc réaliser que tout est transformable. Lutter contre des comportements ou évènements ne les font qu’exister. La souffrance d’origine n’est pas enlevée. (Je t’en parlerai plus longuement dans un prochain article).

 

4. Aimer :

Alors… c’est quoi aimer ? Chez la plupart d’entre nous, notre égo appelle amour ce qui est de l’attachement. Tu sais, cet amour dépendant de l’attitude d’autrui et dans l’attente permanente d’un comportement, d’un état d’esprit ou de mots qui reflèteraient notre égo? Tu sais, cet amour qui te fait voir les personnes qui t’entourent en fonction du poste qu’elles occupent dans la micro-société que tu représentes ? “Mon enfant,” “mon mari”, “mon patron”, “mon amie”, “mon meilleur ami”, “ma collègue,” etc.

Chaque fonction posée sur une personne implique une attente précise d’un comportement. Et si cela venait à n’être pas respecté par l’autre, alors notre égo en serait blessé, frustré, voire énervé.

L’amour, le vrai, que j’évoque ici, c’est l’amour indépendant de l’attitude de l’autre, sans attente, enclin à ce sentiment d’être concerné sincèrement et vraiment par les autres, sans qu’il ne puisse y avoir réaction émotionnelle de notre part. Cet amour là n’est pas une indifférence, loin de là, il n’est pas non plus un manque d’amour, mais simplement la reconnaissance que l’autre est un être à part entière, qui lui aussi aspire au bonheur.

Nous avons tous cet amour au plus profond de nous. Il ne se développe pas et n’est pas une qualité, chacun de nous le possède. Réaliser que cet amour est le seul et vrai amour qu’il peut y avoir entre les personnes, te laisse la possibilité de changer ton attachement actuel en amour, par le détachement. Ce mot te semble peut-être à connotation négative, mais c’est faux. Se détacher, c’est libérer l’autre de notre égo et de nos désirs. Se détacher, c’est libérer les aspirations au bonheur de l’autre, et les accepter. Cette état d’esprit face à l’autre te rendra plus heureux.

J’ai conscience de remuer certains esprits, mais ne nous inquiétons pas, aimer inconditionnellement, est un état d’esprit pas toujours simple à acquérir, car notre égo se manifeste de bien des façons quand on essaie de ne plus l’écouter. Dans notre société où la possession est synonyme de bonheur, il est parfaitement normal que nous ayons grandi en se représentant les personnes qui nous entourent en fonction des attentes que nous leur attribuons, par rapport au poste qu’elles occupent dans notre vie.

Tout comme le bonheur, qui n’est pas avoir une grande maison,  ou avoir des enfants qui ont de bonnes notes à l’école, ou encore avoir le dernier jeu à la mode, l’amour n’est pas la possession de l’autre en fonction de l’attente que l’on a de lui, par rapport à nos désirs et notre aspiration au bonheur. Le bonheur c’est ici et maintenant, et l’amour c’est le détachement.

Mais pour se détacher, il est important de reconnaître l’indépendance de nos réactions par rapport au comportement d’autrui.

Les êtres accomplis œuvrent pour le bien des autres, les êtres ordinaires, pour leur bien personnel, voyez la différence. Shantideva

 

Ne cherche plus le bonheur ailleurs qu’en toi. Il n’est pas matériel, il n’est pas une façon de penser, il est un état d’esprit.

J’espère que cet article t’aidera à mieux comprendre et connaître les clefs de ton bonheur.

N’hésites pas à laisser un commentaire,

avec tout mon amour, Élodie Red heart .

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    14
    Partages
  • 14
  •  
  •  

2 thoughts on “le bonheur : un état d’esprit !

  1. au top Elo tes articles ; ca me donne qql arguments en plus pour mes patients qui n’acceptent pas certaines choses ou du moins qu’ils se voilent la face . Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *